EN ASIE CENTRALE, NOUS TRANSFORMONS DES MARCHES DE NICHE EN ACTION STRATEGIQUE GLOBALE

Nos cœurs de métier particuliers :

    • Identifications de sous-traitants, fournisseurs et partenaires
    • Identification de circuits d’achats étatiques et privés
    • Coordination d’équipe-projets techniques ou commerciales
    • Contractualisations

Ainsi bien sûr que les « classiques » :

    • Approches stratégiques globales
    • Préparation de réunions et de rendez-vous d’affaires
    • Assistance à la négociation
    • Participations aux Salons, Forums et Foires.
    • Traductions
 

REPERES :

En vision stratégique globale, une entreprise russe considère l’Asie centrale à plusieurs niveaux, isolément ou par blocs. La vision diffère souvent de celle d’une entreprise occidentale.

Une implantation précise dans un des pays d’Asie centrale se justifie évidemment dès lors que l’on y a un marché local suffisant. Certains pays peuvent servir de porte d’entrée vers d’autres, comme par exemple l’Azerbaidjan pour la Géorgie. Certaines « cohabitations » sont aussi à éviter, comme Arménie et Azerbaidjan. Avec le Kazakhstan, les pays qui ont le plus de flux réel hors matières premières avec la Russie sont l’Ouzbekistan, le Tadjikistan et l’Azerbaidjan. Chaque pays a son mode de fonctionnement et surtout sa culture propre.

La Mongolie est à considérer à part : Sa faible densité de population et la concentration de l’économie sur à peine 10% du territoire ne peut intéresser que des entreprises à activité hyper ciblée. Symétriquement, une activité agroalimentaire, par exemple, impliquera une présence sur plusieurs pays à la fois.

Les points communs sont, comme dans toute l’ex-URSS, une bureaucratie soviétique, une méconnaissance de l’économie libérale telle que pratiquée en Occident, et des liens avec la Russie qui perdurent malgré les avancées Turques et Chinoises dans les affaires à tous les niveaux. Mais aussi une volonté des chefs d'Etat de se doter d'une industrie locale malgré la faible taille des marchés domestiques.

La difficulté stratégique est de transformer des quasi marchés de niche en action commerciale globale afin de ne pas additionner les coûts

 

Travaillant en priorité sur Russie, Kazakhstan et Biélorussie, nous n’aurions pas la prétention d’occuper le terrain sur toute l’Asie centrale. D’ailleurs, qui le fait réellement hormis certains réseaux Turcs et Chinois ?

Cependant, grâce aux introductions de l’Eurasian Cluster Mechanics & Defence dont nous faisons partie, plus nos propres introductions Russes, nous savons intervenir dans des filières précises dont Défense, Energie, Mécanique et Agriculture.